Voilà c’est fini

Cela fait plusieurs mois que je songe à stopper ce blog qui ne me correspond plus, qui ne me satisfait plus.

Je ne dis pas que je vais arrêter de bloguer, bien sur que non mais plus sur ce blog.

Finalement ,je me sentais à l’étroit ici, pas totalement libre.

Je vais me laisser du temps pour préparer quelque chose qui me plait, un blog qui soi moi.

 

Les dessins animés éducatifs de Poulpy

Poulpy est arrivé à un âge ou il peut regarder la télé, qui fonctionne rarement ,le décodeur de la box n’étant jamais branché.

Par contre nous passons par le chrome cast qui nous permet de visionner des films, documentaires, séries du sur la télé via le pc.

Donc Poulpy à des séries préféré issue de Netlfix: Puffin rock, la fête des mots, chuck et ses amis, danny le tigre, Mouk, les octonauts…

On peut aussi retrouver les films de Disney, dreamwork…

Poulpy regarde aussi des chaines éducatives sur youtube comme le monde des titounis, Dave and Ava

Niveau dessins animés pour se détendre, il a le choix entre Zou, Petit ours brun, Masha et Miska et parfois Trotro.

A la maison, nous aimons beaucoup Danny le tigre qui parle des divers apprentissages, émotions et apprends leurs gestion avec des petites chansons, la minute sous-marine des octonauts nous rendra incollable sur les fond marins. Si vous voulez tout savoir sur les musaraignes pygmées et les macareux, je ne peux que vous conseiller Puffin rock.

A choisir entre Trotro et Zou, la préférence va vers notre petit équidé zébré .

Et vous quel dessin animé regarde vos enfants?

 

 

Harcèlement scolaire

 

L’harcèlement scolaire à toujours existé, l’harcèlement tout court d’ailleurs. Dés qu’on est différent,qu’on est pas bien… il y a un risque d’être exclu voir maltraité, les deux bien trop souvent.

J’ai vu et connu harcèlement à quasiment toute les tranche d’âges. Pour certains tout est motifs à la raillerie, exclusion et malheureusement on voit dans ses moment là: les « meneurs » et les « suiveurs actifs »et ceux  qui suivent passivement pour ne pas être exclu à leur tour; et c’est comme ça que la victime se retrouve seule.

La peur, la mésestime de soi nous gagne au point d’avoir envie soit d’en finir soit de devenir le bourreau, se venger.

En primaire, il y avait une fille dans ma classe un peu enrobé, robe de grand mère (je ne saurais les décrire autrement), cheveux gras. Elle était toujours seule, mise à l’écart et pour je ne sais quel raison, je ne suis pas allé vers elle et je n’en ai pas parlé.

Juste au collège, je n’ai pas trop souffert de la mise à l’écart, j’avais des amies mais en creusant bien, je n’avait pas de meilleure ami(e)s.

J’ai souvent subi des moqueries du à ma taille et minceur, ma coupe garçonne, au fait que j’ai été plate puis ensuite pourvu d’une poitrine opulente.

J’ai été mise à l’écart et brimé parce que j’étais bizarre, je lisais, me tenais droite bref des conneries. On s’est moqué de ma famille, ma soeur handicapée…

On m’a bousculé, tapé, tordu le poignet, bousculé du bus quand j’en sortais, renversé de l’eau pendant que je dormais, mis du chewing-gum dans les cheveux… J’en ai parlé pour le premier collège mais pas pour le second.J’ai rechangé d’établissement mais le mal été fait, toute la confiance en moi que j’avais été éteinte, j’été mal, me sentais coupable de ne pas être comme quoi d’ailleurs? J’ai essayé mais ce n’était pas moi et ça ne cessais pas donc j’en ai eut marre et j’ai commencé à faire de la musculation, apprendre à me battre. Je voulais leur faire mal comme ils me faisaient mal. Je voulais qu’ils souffrent encore plus qu’ils souffrent, je voulais que dans le miroir ils voient les monstres qu’ils étaient et celui que j’étais entrain de devenir mais j’ai été, je suis plus forte. Je ne me suis pas vengée. je ne suis pas comme ça, pas totalement. J’ai aussi accepté que j’étais bien comme j’étais et ça c’est venue longtemps aprés et d’ailleurs encore aujourd’hui, je ne suis pas à l’aise, j’ai toujours peur d’être mise de coté.

Du coup j’ai appris certaines choses au sujets des harceleurs: ils sont soit jaloux, mal dans leur peau eux aussi ou tout simplement cons (hélas, ça arrive). Que pour que ça cesse, il faut en parler à son entourage, faire le ménage autour de soi et parfois(hélas) changer d’établissement.

Si on apprenait à être plus tolérant, respectueux et compréhensif bref qu’on montrait de l’empathie peut être que le harcèlement diminuerait.

 

La vie de Lina

Ce matin suite à un article d’une blogueuse, je suis tombé sur un blog absolument à vomir au premier regard.

Une mère déscolarise sa fille de 8 ans et lui apprend à faire le ménage, s’occuper d’enfant, à être une bonne femme d’intérieur… Bref nous revoilà replonger dans le parfait manuel de la femme des années 50 qui devrait ravir tout les machistes misogyne.

Ce blog va bien au delà de la condition de la femme, il décrédibilise l’instruction à la maison qui a déjà pas mal d’apriori négatif par des personnes non renseigné.

De plus la « maman » est semble t’il une actrice de pub, donc ce faux blog oeuvre pour quoi?Pour le droits des filles à l’éducation, nous sensibiliser que dans certain pays les filles n’ont pas le droit à l’école.

Mais ce servir de la scolarisation à la maison ,c’était pousser le bouchon un peu trop loin(Maurice).

Depuis ce matin, je me posais la question fake or not fake, au vue des vidéos, du fait qu’il n’y ai pas moyen de poster de commentaire et que le blog soit récent, je me dis c’est un gros coup de pub.

J’étais partagé par lui filer des claques(je sais,c’est pas bien) ou lui serrer la main pour son coup de génie, car oui mélanger notre peur de l’inconnu:instruction à la maison qui dés qu’on en parle nous fait avoir pas mal de réflexion.

« Et la sociabilisation?, l’école est le meilleur endroit pour apprendre…. »

Et  taper dans les clichés sexiste et vieillot sur la femme.

Moi je dis chapeau bas.

Je ne posterai pas le lien du blog en question .

 

22h37. Il s’avère que c’est bien un fake pour sensibiliser à l’esclavage domestique….sauf que si le fond est plus que louable,la forme est à vomir.

http://www.lesnouvellesnews.fr/mon-ecole-pour-lina-plan-com-tombe-eau/

 

 

Vers l’infini et Au delà

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA

Le thème choisi des apéros d’Aileza est au delà: au delà des apparences, des idées reçu, des océans, l’au delà… On choisi ce qu’on veut et si moi je vous parlais un peu de tout?

Si je te disais au détour d’un verre, que je croyais en l’au delà? Que je crois au fantôme, esprits, que je suis une féru de litho thérapie, herbo-thérapie et que je crois en la magie, énergie, que régulièrement je récite des mantra?

tumblr_inline_mxd6z6n3xu1sohk3w

Tu pourrais me dire mais cela n’existe pas et je rétorquerai et alors? tu crois bien en Dieu, Allah ou autre et pourtant ça me semble aussi fou mais comme on a le libre arbitre et que c’est mon mantra principale, je ne te persuaderai pas que tu as tord car chacun crois en ce qu’il veut.

Si je te disais que pour mes enfants et le prochain a venir, je vais faire l’allaitement mixte?Tu seras dans quel clan?biberon,allaitement? J’écouterais tes conseils mais au final mon avis restera le mien.

tumblr_ngyxwrxbcK1swug5go1_500

Si je te disais que je suis omnivore et que toi tu étais végan,végétalien ou autre? Tu me ferais sans doute la morale sur la condition animal, essayerai de me convaincre que ton alimentation est la plus saine mais au final,ça restera toujours mon choix.(libre arbitre)

Je pourrais continuer comme ça sur plein d’autre sujet, que je n’aborderai pas car hélas beaucoup sont promptes à juger et à ne pas aller au delà des apparences.

J’ai des amies qui ont des opinions différentes des miennes et ça ne nous empêche pas d’être amies car on est va au delà de ça.

Mais l’être humain va rarement au delà, il a besoin de juger, catégoriser, normaliser, de rentrer dans des cases même les plus tolérants.

On va s’arrêter à la couleur de la peau, de la religion, l’alimentation, l’orientation sexuel et bien souvent on ira pas au delà.

Exemple: Je suis blanche, je mange de la viande, je donne le biberon et des pots, je ne comprends pas l’homosexualité et je trouve qu’il y a trop de migrant.

tumblr_inline_ml82ommTpH1qga3ih

Là juste en citant ça, on va me juger sans voir au delà, on va me taxer de raciste,homophobe, votant bleu marine et manifestant à la manif pour tous… Et pourtant, si on prend le temps de discuter, de creuser certain sujet on va se rendre compte que non, je ne le suis absolument pas mais pour cela, il faut aller au delà des apparences.

Maintenant je vais te dire que je fais tout maison, que j’achète la plus part du temps bio, que j’applique la méthode Montessori , que le système scolaire actuel n’est pas adapté au enfant et que j’envisage la scolarisation à la maison…

Là tu va penser que je suis une hippie, écolo, flexitarienne voir en devenir végan et que si ça se trouve comble du malheur, je vote rouge.

tumblr_n260pjWbZh1rhgf17o1_500

Et là encore tu auras juger sans aller au delà.

Et là cher lecteur, tu es sans doute entrain de te demander dans quel case, tu vas pouvoir me caser. Aucune, mon cher, il n’y a pas de case pour moi et je le vis très bien , je n’aime pas les cases et j’essaye au maximum d’aller au delà de ça.

Cela serait bien qu’on soit tous capable de faire ça mais la route est longue, semer d’embûche, difficile et beaucoup céderont à la facilité et n’iront pas au delà.

Ce qui est dommage car la route de l’au delà est enrichissante, plein de surprise, bonne ou mauvaise.

Bon je te laisse, j’ai encore du chemin à faire et qui sait on se retrouvera dans l’au delà ou pas.

mon coin de Paradis

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA

Pour ses vacances, les billets d’Aileza nous a donner comme thème pour l’apéro cosmiques:notre coin de paradis, fictif ou réel, on choisi.

Mon coin de Paradis est les deux, car j’habite loin de mon Eden.

J’ai grandis dans un village perdu au milieu des volcans d’Auvergne, le matin je voyais la chaîne des Sancy quand le ciel était dégagé; de la fenêtre de ma chambre le puy de la roddes, en sortant du village la chaîne des puy et le puy de dôme.

Ado,j’adorais arpenter mon village à pied ou en vélo, respirer l’odeur du foin coupé en été sans éternuer car pas encore allergique, crapahuter dans les bois et s’y perdre.

Avec mes parents, on allé ramasser les mures, framboises, myrtilles et parfois des fraises des bois, en automnes les champignons.

Avec des amis, on montait sur un des puy(la combegrasse) qui entourait le village faire des feu de camps et je pouvais contempler de mon perchoir toute la chaines des volcans en tournant sur moi même.

A l’observatoire, je regardais les étoiles, j’allais au château d’eau boire à la source qui l’alimentait, je passais des heures assise dans l’herbe rêvant de dragons,cape et d’épée au terrain de bi-cross où l’hiver on faisait de la luge.

J’ai regardé mes voisins dévalé la carrière de pouzzolane en ski, imaginé que le dragon était là gardien de mon imagination, gardant le champ de rose que j’imaginais derrière un des puy.

J’ai joué dans les lavoirs, couru dans le petit ruisseau et ramassé des rénettes.

Imaginé que dans le bois joli, il y avait une sorcière et avoir peur de rester dans la cabane.

J’ai regardé assise dans les champs les étoiles filantes et rêvé.

Ce lieu c’est mon paradis.Ce lieu c’est La Garandie. Gardien de mes souvenirs, bon, mauvais, celui ou j’aime aller quand je descend en Auvergne,voici Mon Paradis.

lavoirlagarandie ce lavoir est celui qui est juste à coté de l’école du village,fermé depuis des lustres,j’habitais à coté.C’était l’arrêt de bus scolaire(toujours certainement). L’été on trempais les pieds dedans,faisait des batailles d’eau, y’en a qui ont fini dedans ^^

source: http://www.aydat.fr/fr/focus-detail/1110/le-village-garandie

jpg_Puy_de_Combegrasse

source:http://www.prog-univers.com/Prospection-de-ressources.html

La Garandie
La Garandie

source: https://picasaweb.google.com/103168661225455341801/2008_06_14_VTT_Garandie

On a testé Badaboom

Alors qu’est-ce-que Badaboom? une grande aire de jeu pour enfant de 0 à 12 ans qui se situe sur Thionville en Lorraine.

A l’intérieur 2 espaces de jeu, celle des petits :0-3 ans, celle des 4-12 ans, un service restauration, 2 « manèges », la possibilité d’emprunter des voitures pour les petits.

Pendant les vacances scolaires, c’est ouvert tous les jours de 10h à 19h, donc si vous avez l’abonnement au mois, c’est vraiment pratique pour que votre enfant se défoule.

Nous on a opté pour l’abonnement au mois, on y va tous les 2 jours environ, ça dépend de mon état et des rendez vous pris.

Poulpy adore. Déjà il peut courir, grimper sans que je le gronde et il voit d’autre enfants. Cela le confronte aussi au divers caractère, comportement de ses petits camarades et il a été assez étonné le premier jour, qu’une petite fille le pince car il voulait jouer avec elle et son tracteur.

Il n’a pas su réagir quand un grand de 6 ans lui a arraché des mains la voiture qu’il poussait sous prétexte qu’il ne savait pas monter dessus.

Bref, il apprend que la sociabilisation avec d’autres enfants, c’est pas Bisounours land, bien au contraire.

De mon point de vue, l’aire de jeu est génial mais que les parents doivent souvent faire la police auprès des grands qui viennent dans l’aire des petits se comporter en tyran, ou ceux qui sont trop expansif et qui ne se soucie pas des petits qui découvrent l’aire de jeu.

Ce qui m’a vraiment soûlé, ce sont les parents des grands qui ne disent rien à leurs bambin quand ils déboulent comme des fou dans l’aire des petits et qui disent:oui mon chéri,c’est bien sans lever le nez de son livre/tel/tablette(rayer la mention inutile), ou là mère du gamin qui te lance un regard noir parce que tu as sermonné son gosse parce qu’il avait bousculé des petits.

Donc Badaboom, j’en suis assez satisfaite et mon Poulpy s’y éclate, grâce à l’aire de jeu, il a gagné en confiance en lui et grimpe un peu plus partout dans la maison(mon niveau de stress a bien augmenter du coup).

 

Ce qui coule dans mes veines

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA Pour cet apéro cosmique, le sujet est ce qui coule dans mes veines. Alors au sens propre dans mes veines coulent du sang, qui oxygènes chaque partie de mon corps, tout cela avec l’aide du grosse pompe qu’on appelle le coeur et qui me permet de vivre. Mais là n’est pas le sujet.

Alors qu’est ce qui coulent dans mes veines et qui me fait avancer?

Je vous parle d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaitre, paris en ce temps là était sous les lilas et y’a des jours ou tout va bien d’autre où c’est un peu compliqué mais je vais bientôt disjoncter.Change de trottoir,le mien est piégé, si c’est trop tard, ne reste pas figé.Tu me vois fragile, tu veux me protéger, tu me vois docile, tu veux m’apprivoiser, tu me fais du mal,en pensant me faire du bien,toi le cow-boy, moi l’indien.Chaque fois qu’on se laisse,un jour on se revient,Chaque fois qu’on oublie,un jour on se souvient,Chaque fois qu’on se lache,un jour on se retient,Comme quoi on ferait mieux de prendre,la vie comme elle vient,Ça fait mal et ça fait rien.

Bref ce qui coule dans mes veines, c’est la musique,les chansons qui exprime mieux que je ne pourrais le dire ce que je ressens. Sans musique, sans air,note de musique dans ma tête, je me sens vide.La musique c’est important, c’est la bande son de ma vie.

Avant j’étais aide soignante

Je vais vous parler d’un métier, que j’ai exercé environ 8 ans et qui m’a usé,physiquement et moralement.

2002, je passe le concours pour devenir aide-soignante, je suis 3 ème sur liste d’attente et je suis finalement prise.

J’arrive à trouver une nounou pour ma fille de presque 3 ans et en février je commence l’école.

Je ne connaissais pas du tout le boulot, je pensais que l’aide soignante aidait l’infirmière aux soins sans penser qu’il y avait la toilette,les changes….

Je me rappelle de mon premier stage ou l’on m’a confié un papy qui revenait d’une coloscopie qui n’avait pu être faite et qui baignait le pauvre dans ses excréments, je me souviens de leur regards désapprobateurs devant ma panique.C’était mon premier jour de stage dans un métier que je ne connaissais pas et je n’avais jamais été ASH, ce qui pour le coup aurait pu m’aider.(car dans pas mal d’endroit, il y a dépassement de fonction)

Je me souviens du nombre de toilettes faites en une matinée, tout en sachant que celle que j’accompagnais en aurait plus une fois mon stage fini.

Beaucoup de nos stages se sont fait(se font) en gériatrie et j’ai détesté ça, pas les personnes âgées. Non, la manière dont on nous fait travailler, toujours plus avec moins.

En 2003, j’ai eut mon diplôme et j’ai été embauché dans une maison de retraite, l’année ou j’étais à l’école, on était  passé au 35h….pour soi disant créer de l’emploi…Résultat,j’ai plus souvent fait 42 h que 35 et les rtt,vu qu’on avait un contrat modulation, je ne les ai jamais vu.

Donc 4 aide soignantes, une infirmière pour 80 personnes qui ne sont plus pour les 3/4 autonomes, environ 10 toilettes par personnes à faire en 4h en sachant que dans l’idéal une toilette doit durée entre 20 et 30 minutes mais ça c’est dans la théorie car en pratique, c’est infaisable.Vous ajoutez le temps d’utilisation du lève-malade, le fait que votre collègue doit venir vous aider et vice versa, répondre aux sonnettes, donner le petit déjeuner à ceux qui ont besoin car l’ash elle est toute seule à votre étage et qu’elle a son boulot a faire.Bah vous pleurer,pleurer de rage et frustration car les premiers qui en pâtissent ce sont les patients.

Le soir quand je rentrais, je re-comptais les personnes que j’avais faites, si je les avait bien changé , couché car le soir nous n’étions plus que 2 aide soignantes. J’en cauchemardais la nuit.

Puis faut dire que certaine collègue ont la critique facile, du coup ça aide pas.

Je suis resté un an dans cette maison  puis j’ai démissionné, dégoûté par la manière dont je bossais, être plus rapide, ne pas prendre le temps d’expliquer, voir bâcler son boulot, je trouvais ça infâme.

Et entendre la même chanson:on a pas le budget,on a pas les accords….

Du coup après la canicule, ou l’on a couru tout l’été pour pas que nos patients se déshydrate, former des premières années de médecine qui remplaçaient nos collègues, accepter des remplacements sur nos repos, je suis partie.

J’ai fait pas mal d’interim, en clinique essentiellement et pendant les périodes creuses, des cdd en maison de retraites.

Et partout ou j’allais, c’était pareil voir parfois pire.

Je me souviens des jours ou nous attendions les commandes de couches ou l’on se demandait comment on allait faire, je me souviens des lingères débordé car souvent à mi-temps.Les fois ou nous les avancions en lançant des machines,si on avait le temps.

Je me rappelle aussi de la sensation de déchirure, le matin ou j’ai relevé un patient seul car ma collègue n’avait pas été remplacé et que nous ne le savions pas(Nous savions qu’elle avait posé ses congés mais nous ignorions totalement que la direction avait rien prévu), je me souviens du liquide coulant dans la jambe mais j’ai pris sur moi pour la matinée, j’ai vu le médecin en sortant.Accident du travail ,déchirure musculaire et double tendinite au niveau des jambes.

Pour pas mettre mes collègues dans la mouise,j’ai fini ma journée et quand le muscle s’est refroidit, j’ai souffert le martyr.

Ce boulot m’a abîmé physiquement et moralement, ma jambe a mis plus de 2 ans à se remettre, la médecine du travail m’a donc mis en incapacité à mon poste.

Et j’avoue, ça m’a soulagé. Je n’en pouvais plus de cette façon de bosser, d’être comme une machine,

Pendant mon arrêt,j’ai fait un DAEU que j’ai eut, je me suis inscrite à la fac puis j’ai eut Poulpy.

Donc je ne regrette absolument pas mon ancien métier car mon nouveau « boulot » est plus gratifiant.